Archives de Tag: scène

« Love Inclusive » à Bruxelles

Pour ce spectacle, la Compagnie s’est essayée à l’écriture et fait rimer tragédie et comédie dans une tornade d’émotions où les portes claquent et les murs bougent pour laisser place à des personnages hauts en couleurs. Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Actualité

La compagnie littéralement sous les projecteurs.

Et oui, une des spécificités de la Compagnie du Verre, c’est de tout faire soi-même, on ne cesse de le dire. Tous nos membres s’essaient à un peu tout, et certains se découvrent des talents particuliers.

C’est le cas de Gauthier (Hadès à Halloween), notre régisseur attitré pour « Love Inclusive » 2015. En régisseur conscienscieux, il a non seulement conçu un merveilleux plan de feu, mais s’est aussi assuré de l’améliorer une fois le jour J venu.

À défaut d’images du spectacle, nous vous proposons de découvrir ce nouvel aspect de la Compagnie…

Poster un commentaire

Classé dans Côté coulisses

« Love Inclusive » : une première!

« Love inclusive », mais qu’est-ce?

Nous nous plaisons à dire que c’est la première pièce entièrement made in la Compagnie du Verre. En effet, c’est la première fois que nous nous attaquions à la création d’un spectacle, dans son ensemble. Nous avons commencé à la page blanche, pour finir en lumière et costume, et continuer jusqu’à l’enregistrement de la pièce.

Elle a été réalisée sur base de propositions et d’impros sur le plateau par les comédiens, puis remise en mot par le metteur en scène – dramaturge, fortement aidé en cela par ses prédécesseurs (ô combien plus illustres), et enfin, rendue aux comédiens pour qu’ils la restituent au public.

Et dès avant le soir de la première, la presse nous a gratifié d’un article qui, si la photo n’est plus vraiment d’actualité, présentait bien la pièce : cliquez ici pour le voir.

Elle est née d’un thème fort, et auquel chacun est confronté : l’amour. Autour du point de vue du metteur en scène (« L’amour est un sentiment violent »), nous avons proposé à ceux qui nous ont vu cinq personnages, chacun dans sa vision de l’amour, chacun se débattant avec sa fonction, ses sentiments, ses attentes et son vécu.

Mais au-delà d’une simple création, nous avons aussi essayé d’explorer une autre voie artistique (peut-on dire une autre voix?). Dès l’entrée du public, le metteur en scène donnait le ton : « Ce soir, il n’y a rien à comprendre. Laissez-vous porter, laissez-vous rêver ». En effet, un travail de scène éclatée, de toile émotionnelle plus que de trame narrative claire a été effectué pour laisser au public toute sa place d’interprète aussi.

Mais trêve de bavardage, puisque les images valent mieux qu’un long discours : on y va pour les photos et un article de presse.

 Crédit photo : Agim Biçak.

1 commentaire

Classé dans Spectacles & Activités

« Les petites tragédies » (avril-mai 2013)

Au programme

Pour encore plus de plaisir, nous sommes encore remontés sur scène cette année, mais sous une forme encore différente…

La Compagnie du Verre vous invite à profiter de sa vision du « tous-les-jours » à travers les textes de différents humoristes. Ce dimanche 7 avril, aucune place à l’imitation toutefois, car ce que proposent ces jeunes artistes est un spectacle entier, unique et sorti tout droit de sept cerveaux créatifs.

Ouverture des portes. Bruissement dans la salle. Ambiance conviviale. La salle s’éteint. La scène s’allume, se fait miroir. Premiers rires et …

Oups! Un éclat se glisse dans votre oeil! Ou est-ce la voix des comédiens qui l’y a plongé depuis votre oreille? Peu importe, car soudain… tout change! Les oeillères tombent, la lumière change sur les tableaux présentés entre les rideaux de velours. Nouvel éclairage sur les fléaux journaliers, les catastrophes quotidiennes.

Et si les bavards ne parlent pas moins, et si les médisants persiflent toujours, dans le kaléidoscope du rire, ils gagnent en sagesse.

Un montage réalisé et mis en scène par la Compagnie, sur base de textes de Buten, Desproges, Devos, Lamoureux, Palmade, Prévert, Sternberg, Vian et aussi certains de notre cru…

Du côté des loges…

Ce fut une expérience riche et nouvelle, car nous avons géré notre régie nous-mêmes. Le régisseur de la salle Catoul nous avait sorti la console, et nous a montré comment faire nous-mêmes tous les branchements. Ainsi, nous avons pu nous essayer au travail de régie en profondeur.

Et le summum de notre gestion, fut le matin même du spectacle, à la vérification des programmes, un spot nous a lâché dans un grand « CLAC ». Panique à bord, mais on se remet au travail et on essaye de trouver une solution. On retourne le bar à la recherche d’un boitier de fusibles, on déplace huit spots, on refait tous les branchements, et on s’aperçoit… que ça ne marche toujours pas. Il ne reste plus qu’une seule solution : c’est la prise même qui a un problème. Horreur!

Et là, la magie opère. Du haut de son échelle, un des comédiens-régisseur-metteur en scène nous lâche : « N’y a-t-il pas des fusibles sur ces machines-là? » Vérification : si. Nous relevons donc le fusible n°8, et la lumière fut.

Ainsi finit notre baptême de régie…

Et cette année encore, la presse fut au rendez-vous, avant (à deux reprises) et après le spectacle.

2 Commentaires

Classé dans Spectacles & Activités

« Histoire aux Cheveux Rouges » – M. Yendt

C’est enchantée que la Compagnie du Verre vous convie à la suivre pour un voyage en Pays Bleu. Découvrez avec émerveillement les vestiges de son histoire, son achitecture pittoresque, sa gastronomie surprenante, et les moeurs de ses autochtones.
Oh! Ce jeune homme sera-t-il du voyage, séduisant nomade contraint à l’exil loin des sables du Pays de Cuivre où le soleil ronge la terre qui ne nourrit plus les hommes?
Il lui faudra, comme vous, être muni de son certificat.
Ne vous inquiétez pas: le passeur n’est jamais loin et vous en vendra un pour quelques pieces! Cependant, si c’est un maigre investissement pour vous destiné à vous assurer quelques distractions, c’est une fortune pour notre moins bien loti compagnon qui espère commencer là-bas une nouvelle vie..

Mais hop hop hop, attention! Ce voyage, si comme tous il vous confronte aux différences et vous incline à réfléchir, est tout sauf ennuyeux! Personnages grotesques, humour décalé, cette comédie vous entraîne pour un moment dans un monde en Bleu!

Les 6, 7, et 8 avril 2012, après ces quelques mots d’introduction et de publicité, nous ouvrions la pièce de Maurice Yendt « Histoire aux Cheveux Rouges ».

Photos

Pour la première fois, nous avions testé une formule qui nous était étrangère : le travail avec un metteur en scène. Ou plutôt une metteuse en scène, puisque pour ce premier essai, Meliha prenait les rennes! Le travail s’en est vu tout changé : scénographie, effet d’ensemble. Bref, c’était une bien meilleure production que les années précédentes que nous vous offrons à découvrir.

Dans la presse

Charmant article publié dans le Vers l’Avenir

1 commentaire

Classé dans Spectacles & Activités